Dans notre esprit, les images se transforment rapidement en réalité. Tout comme les images que nous voyons dans les médias conditionnement souvent notre vision des choses. Ceci s'applique également à notre représentation du cancer du sein. Quand on pense à cette maladie, on voit la plupart du temps des femmes jeunes, qui expliquent comment leur cancer à été détecté à un stade précoce grâce à la prévention; des femmes qui ont heureusement guéri dans la plupart des cas. Malgré ce sujet grave, ce sont des histoires de réussite. Cependant, ces succès masquent une partie de l'histoire, dont les personnages ne sont pas que des jeunes femmes, loin de là.

Plus l'âge est grand, plus le risque est élevé

Aujourd'hui, les patientes atteintes de cancer du sein ont en moyenne 64 ans! Un bon nombre des femmes concernĂ©es se trouvent ainsi dans une phase de leur vie totalement diffĂ©rente par rapport Ă  celle des jeunes femmes que nous voyons dans les magazines et les reportages Ă  la tĂ©lĂ©vision. Par ailleurs, outre les formes du cancer du sein souvent curables, il en existe malheureusement d'autres qui sont incurables Ă  de rares exceptions. Ce sont les cancers du sein au stade avancĂ©, ou mĂ©tastatiques. Si, après un cancer du sein traitĂ©, une patiente prĂ©sente une rĂ©cidive tant redoutĂ©e, on constate parfois ce stade avancĂ© du cancer. Dans d'autres cas exceptionnels, le cancer mĂ©tastatique est prĂ©sent d'emblĂ©e, lors du premier diagnostic de cancer (dans 6 % des premiers diagnostics environ). On parle de cancer mĂ©tastatique quand les cellules cancĂ©reuses malignes se sont dĂ©jĂ  Ă©tendues Ă  d'autres rĂ©gions du corps. On retrouve le plus souvent les mĂ©tastases Ă  distance dans les os (vidĂ©o: Signification des mĂ©tastases osseuses), dans le foie, les ganglions, les poumons et plus rarement dans le cerveau. Un grand nombre de femmes ayant bĂ©nĂ©ficiĂ© d'un diagnostic prĂ©coce passe au stade avancĂ©. Les chiffres varient Ă  ce sujet, mais on parle en gĂ©nĂ©ral d'un tiers d'entre elles environ. En Europe, 250 000 femmes souffrent actuellement d'un cancer du sein mĂ©tastatique.

Faute de pouvoir la soigner, on tient la tumeur sous contrĂ´le

Si des métastases à distance se sont formées dans le corps, la chirurgie est très rarement une solution. Étant donné qu'une guérison est quasiment impossible, le traitement se limite principalement à atténuer les récidives par traitement anti-hormonal ou chimiothérapie. Des médicaments permettent de maîtriser les douleurs, la fatigue et d'autres symptômes des tumeurs. Une alimentation riche et équilibrée renforce, tout comme le sport, en fonction des capacités personnelles. L'objectif est de minimiser les effets secondaires des irradiations, des opérations et des traitements systémiques mentionnés plus haut. Dans certaines conditions, le contrôle de la maladie à l'aide de ces traitements peut être efficace pendant des années. Aujourd'hui, l'espérance de vie avec cette forme de cancer du sein est de seulement deux à trois ans en moyenne. Un tiers des femmes touchées peut espérer vivre cinq années de plus, un dixième dix années supplémentaires.

Une tragédie personnelle, un problème social

Le diagnostic de cancer du sein métastatique est un choc dans la vie de la patiente. C'est un voyage qui se poursuit ou qui commence, mais pas uniquement pour la patiente. Dans notre société, la place que ces femmes occupent au quotidien pour chacun d'entre nous ou presque, prend toute son ampleur face à la menace de leur disparition: les femmes d'une cinquantaine d'années apportent une contribution silencieuse mais immense dans notre vie. Nous avons besoin d'elles, en tant que mères, grand-mères, en tant que femmes ayant une grande expérience de vie: que ce soit en tant que parent d'enfants jeunes, que maman de grands enfants qui dépendent de son soutien économique, ou que grand-mère, sans laquelle la garde des petits-enfants est compromise. Leurs différents rôles sont si variés que la perte de ces femmes a un très fort impact social.

Campagne pour plus de visibilité

Cependant, ce sont ces femmes, la cinquantaine passée, qui n'ont quasiment pas de visage dans les médias quand on parle de cancer du sein avancé: alors que la plupart des femmes atteintes a plus de 55 ans. De nombreuses études montrent qu'un grand nombre de ces femmes se sentent incomprises dans cette situation dramatique, voire laissées sur la touche. Alors qu'elles bénéficiaient d'un soutien considérable lors du diagnostic initial, celui-ci manque cruellement au stade avancé de la maladie. Pour cette raison, en 2013, une campagne a été mise en place à l'échelle européenne: intitulée «Here & Now», elle vise à faire évoluer le regard porté par la société sur ces femmes atteintes de cancer métastatique (voir les informations sur la campagne). Au cœur de cette campagne, conduite à l'initiative du groupe pharmaceutique Novartis, on retrouve principalement les femmes de plus de 50 ans atteintes de cancer du sein métastatique, et l'importance de leurs différents rôles dans la société. La plupart de ces femmes voient la fin de leur vie se rapprocher brutalement et de manière inattendue, ce qui s'accompagne presque toujours de peurs et d'angoisses. En plus d'y laisser leurs forces, ces femmes rencontrent souvent des difficultés économiques. Ces femmes sont ainsi confrontées au double défi de conserver leur qualité de vie le plus possible et en même temps d'affronter la fin de leur vie. Tout ceci malgré un stress physique et psychologique énorme. Alors qu'elles doivent d'une part s'occuper des perspectives pour le temps qui leur reste, elles doivent en même temps affronter des thèmes tels que leurs directives anticipées et leur testament. Tâches qui requièrent un courage et une force considérables pour ces femmes. Il s'agit cependant de sujets qui touchent de près leur entourage proche. Car ce stade incurable du cancer les concerne tous: elles sont arrachées à leur vie, et par là-même à la société.

Dr Kai Kaufmann 
Journaliste indépendant