Depuis plusieurs années, il est courant d'inhiber la croissance des cellules atteintes et de stimuler le système immunitaire au moyen d'anticorps thérapeutiques. Ceci permet d'augmenter les chances de guérison des femmes atteintes de cancer du sein HER2 positif au stade précoce de la maladie et de prolonger la survie sans progression de la maladie au stade avancé.

Une aide importante pour la qualité de vie des femmes atteintes

Swissmedic, l'autorité suisse de contrôle et d’autorisation des produits thérapeutiques, autorise désormais la thérapie ciblée anti-HER2 par voie sous-cutanée. Les femmes souffrant d'un cancer du sein HER2 positif au stade précoce peuvent être traitées par voie sous-cutanée au moyen de médicaments en doses fixes prêtes à l'emploi.

Une grande majorité des patientes préfère la voie sous-cutanée en raison de la durée réduite de l'application, qui est également jugée moins douloureuse dans de nombreux cas.

Cette durée d'administration réduite en centre de soin ou à l'hôpital peut en outre permettre d'alléger le système de santé. Les cliniques particulièrement fréquentées tireront un avantage de cette nouvelle forme d'administration, qui représente un gain de temps.

Nouvel emploi d'un médicament ayant fait ses preuves

L'autorisation en Suisse de la thérapie ciblée anti-HER2 par voie sous-cutanée a eu lieu sur la base des études les plus récentes, HannaH, SafeHer et PrefHer. Ces études indiquent qu'un anticorps administré par voie sous-cutanée a la même efficacité que sa formulation intraveineuse.

L'anticorps monoclonal humanisé est commercialisé par un groupe pharmaceutique suisse faisant partie des groupes consacrant le plus de ressources à la recherche-développement dans le monde. Depuis son autorisation en 1998, 1,2 million de femmes atteintes de cancer du sein HER2 positif ont été traitées par ce médicament. Cette substance active est entre-temps également employée pour combattre le cancer de l'estomac.

Dr phil. Bernhard Spring
Journaliste indépendant